Fair-play financier : la menace qui plane sur le mercato du PSG

L'Instance de Contrôle Financier des Clubs tranche dans le cadre de l'enquête au sujet du Paris SG et du fair-play financier ce vendredi. Et selon L'Équipe et Le Parisien, le club de la capitale sait déjà ce qui l'attend.

Gettyimages 826341038
 
La direction du PSG va devoir la jouer fine sur le marché cet été
©Maxppp

Journée importante pour le Paris SG. Les membres de l’Instance de Contrôle Financier des Clubs se réunissent ce vendredi à Nyon, en Suisse, au siège de l’UEFA, pour trancher dans le cadre de l’enquête sur le club de la capitale et son respect du fair-play financier. Et visiblement, les décideurs parisiens savent déjà à quoi s’en tenir. Malgré les juteux contrats de sponsoring et les résultats en hausse - liés à l’arrivée de Neymar notamment - présentés à l’instance, ils devraient être rattrapés par la patrouille.

L’Équipe et Le Parisien annoncent en chœur que l’ICFC n’a pas été totalement convaincue, jugeant toujours certains montants avancés par le PSG surévalués. Et toujours selon les deux quotidiens, les pensionnaires du Parc des Princes savent à quoi s’attendre, même s’ils ne seront officiellement informés du verdict final que la semaine prochaine, mardi vraisemblablement.

Restrictions sur le mercato

Ils devraient éviter le pire, à savoir une exclusion de la Ligue des Champions, qui, pour les deux médias, n’est pas au programme dans la tête des responsables de l’UEFA. Pas d’amende non plus au programme, comme cela était déjà arrivé aux champions de France en 2014, lorsque l’ICFC les avait une première fois repris de volée. Le Parisien et L’Équipe penchent plutôt pour un encadrement des dépenses de recrutement du PSG cet été. Dans le pire des scénarii, le club francilien pourrait voir ses dépenses sur le mercato plafonnées à hauteur de ses ventes. Si la sanction est plus sévère, les patrons parisiens se réservent le droit de recourir à la justice.

Le directeur sportif aurait d’ailleurs aimé vendre un joueur avant la réunion du jour, mais il n’y est pas parvenu. La liste des indésirables est longue. Et pour recruter ses nombreuses cibles et contenter Thomas Tuchel, le Portugais devra montrer ses talents de négociateurs sur le marché sans tarder. Sous peine d’être condamné à, comme le glisse Le Parisien, « rêver moins grand »...

Ajouter un commentaire