le Japon surprend la Colombie

Réduite à dix et menée au score dès les premières minutes, la Colombie sera parvenue à égaliser mais a fini par craquer en seconde période face au Japon (2-1). Les Cafeteros sont déjà en danger pour la suite de la compétition.

2820521 big lnd

Premier match de ce groupe H entre la Colombie et le Japon. Cette poule est probablement la plus ouverte de la compétition, car avec la Pologne et le Sénégal, qui s’affrontent un peu plus tard dans la journée, aucun grand favori ne se dessine. Cette première rencontre offrait une revanche de 2014, où les Colombiens avaient étrillé leurs adversaires sur le score sans appel de (4-1). Pekerman alignait un 4-2-3-1 avec Falcao, qui disputait le premier Mondial de sa carrière mais sans James Rodriguez légèrement blessé. Le Japon lui se présentait dans un système similaire avec Inui et Kagawa et soutien de Osako.

L’attaquant du Werder Brême ne tardait pas à se mettre en évidence. Lancé dans la profondeur, il s’en allait défier Ospina, puis c’est Carlos Sanchez qui déviait le ballon du bras alors qu’il prenait le chemin du but (4e). L’arbitre sortait immédiatement le carton rouge et indiquait le point de penalty. Kagawa ne tremblait pas (1-0, 6e). Les Cafeteros ne pouvaient pas connaître pire début de rencontre. Néanmoins, ils parvenaient à se remobiliser, se créant même une opportunité avec le bout du pied de Falcao (12e). Même si Inui se procurait une belle situation (15e) à l’image de Nippons plus offensifs, les débats se rééquilibraient. Osako ne parvenait pas à cadrer non plus (32e).

L’entrée de James n’aura pas suffi

Cuadrado n’y était pas du tout aujourd’hui. Pekerman n’hésitait d’ailleurs pas à le remplacer par Barrios dès la demi-heure de jeu. En infériorité numérique, la Colombie souffrait, mais sa technique parvenait à réaliser des différences sur quelques coups. Elle finissait par faire la différence sur coup-franc. L’ancien Rennais Quintero frappait intelligemment sous le mur et trompait Kawashima (1-1, 39e). Une inspiration bienvenue qui permettait aux siens de revenir en seconde période à égalité. Au retour des vestiaires, le danger se précisait sur la cage d’Ospina. Les Blues Samouraïs prenaient définitivement le contrôle de la rencontre.

La paire Sanchez-Murillo prenait l’eau, mais la défense tenait bon dans un premier temps sur les occasions d’Osako (54e), Inui (57e) et du Marseillais Sakai (73e), lequel voyait sa frappe à bout portant contrée in extremis. La prochaine était la bonne. Sur le corner suivant botté par l’entrant Honda, Osako montait plus haut que tout le monde et redonnait l’avantage aux siens (2-1, 73e). Menés, les Cafeteros tentaient enfin de réagir avec un James, entré en jeu un peu plus tôt, plus actif. Présent dans la surface, le milieu du Bayern voyait sa frappe repoussée en corner (78e), alors que la tête de Murillo n’accrochait pas le cadre (79e). L’apparition de Bacca ne changeait rien et, malgré une situation chaude (90e) devant Kawashima, le Japon résistait, s’offrant une victoire de prestige et de bon augure pour la suite de la compétition. La Colombie elle n’a déjà plus le droit à l’erreur.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 19/06/2018